La lecture sur tablette ou liseuse

Essayer une liseuse c’est l’adopter. Surtout si vous êtes un lecteur opportuniste, prêt à rentabiliser chaque instant libre en sortant votre ouvrage. J’ai ce profil de lecteur ! Je lis dans les transports publics, dans une queue de magasin, en déjeunant lors de ma pause méridienne… Cela me donne l’impression d’optimiser chaque moment de liberté. La liseuse est ainsi devenue l’un des outils les plus importants de ma vie.

Quels sont les avantages réels à lire des livres numériques ?

Cela nous permet de bénéficier de la gratuité de milliers d’ouvrages « tombés » dans le domaine public. La condition est qu’il se soit écoulé 70 ans après le décès des auteurs. Ces dernières années, citons quelques illustres auteurs tels que Maurice Leblanc, H.G. Wells ou Tristan Bernard.

Le second avantage est qu’une liseuse ne pèse presque rien… qu’il y ait un livre ou une centaine en mémoire. Avoir du mal à choisir n’est plus un problème : autant tous les ramener !

Tenir un livre, en étant debout, dans les transports publics ne relève plus de l’exploit. Une liseuse tient très bien en main et se sort et se range avec beaucoup de facilité.

Votre vue baisse ? Vous pouvez avec facilité grossir la taille de vos caractères. Le format epub permet ainsi de pouvoir choisir entre plusieurs polices de caractères, leur taille, les espacements…

Et lorsque la lumière décline, certaines liseuses permettent d’éclairer votre écran. C’est extrêmement pratique lorsque votre conjoint s’endort et que vous aimeriez encore lire quelques pages.

Quels en sont les désavantages ?

Ils sont peu nombreux. Les nostalgiques regretteront la version papier pour le poids, l’odeur, le son des pages que l’on tourne ou encore la beauté de l’objet et de sa couverture. Le livre est pour certains amateurs pleinement « ressenti ».

Un autre désavantage, et non des moindres, est le coût d’un livre numérique. Je trouve scandaleux de le trouver à 25 % moins cher que son cousin papier. En disant cela, je me rends bien compte que cela passe plutôt pour un avantage. Néanmoins, le coût financier au profit de l’éditeur reste énorme en France. Le livre numérique leur permet, visiblement, de faire du gras. Un prix réellement attractif se situerait entre 50 et 60 % de sa version papier… ce que l’on peut trouver dans d’autres pays !

En conclusion

Il s’agit d’un investissement assez peu onéreux. Il correspond à l’achat d’une demi douzaine de roman dans leur version papier. Et en général le produit est livré avec quelques livres numérisés.

Tout comme dans le monde musical ou cinématographique, le milieu de l’édition n’a pas su prendre le virage numérique. Le coût élevé des ouvrages semble assurer de très beaux jours aux téléchargements illégaux.

Deux articles, à venir, évoqueront les sites de téléchargement (légaux) intéressants ainsi que le logiciel Calibre dédié à la création de sa propre bibliothèque numérique.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.